La SCOLARITÉ » ÉTUDES » SUPÉRIEUR
Rattrapage à la fac : la deuxième session

Qu’ils sont doux les délices de la vie d’étudiant! Comme ils fascinent les lycéens, qui rêvent déjà d’une année universitaire de 6 mois seulement, d’une multitude de matières passionnantes à choisir sans contrainte, d’une totale liberté d’assister aux cours… sans oublier la célèbre session de rattrapage qui les plonge dans l’extase. Eh oui, il est possible de repasser, sinon de passer, ses examens en septembre…

« Trop cool! ». Pas la peine de s’en faire pour une mauvaise note récoltée aux partiels de janvier, inutile de s’ennuyer avec des TD (travaux dirigés) fastidieux, vive les sorties, advienne que pourra: on aura tout l’été pour remettre les pendules à l’heure, obtenir la moyenne aux épreuves et décrocher son année. Ah! si les choses étaient aussi simples… D’abord, naïfs sont ceux qui pensent accomplir en deux mois ce qu’ils n’ont pas réussi à gérer en huit. Ensuite, tout le monde n’a pas accès à la session de rattrapage: il faut remplir un certain nombre de conditions, variables selon l’UFR (unité de formation et de recherche, sorte de département disciplinaire: droit, littérature, informatique…), le mode de notation (contrôle continu ou terminal) et le type de diplôme préparé (DEUG, licence, MST…). Enfin, la mise en place du LMD, avec son organisation semestrielle des cursus, bouleverse les calendriers du rattrapage qui se déroule parfois dès fin juin - début juillet. Alors en quoi consiste précisément cette deuxième session ? Que signifie-t-elle? À qui s’adresse-t-elle ? Comment se prépare-t-elle ? Autant de questions appellent une mise au point.

Modalités

Les élèves des Prépas, BTS, DUT ne bénéficient pas du rattrapage. Il ne concerne que les formations suivantes: DEUG et Licence – LMD, DEUST, IUP, IEP. Pour les MST, MSG, DEA et DESS, tout dépend de la politique de l’établissement, des enseignants, des jurys. Et comme il existe des « régimes spéciaux » (salariés, dispensés…), il convient de bien lire les règlements distribués ou mis à disposition par les universités. Concrètement, les jeunes doivent parvenir à valider les 2/3 des UE (unités d’enseignement – anciennes UV, unités de valeur) de leur programme.
Les étudiants inscrits en examen final qui n’ont pas obtenu 10/20 de moyenne générale à la première session repassent les UE dont ils ont besoin pour compenser leurs notes et atteindre 10. À l'issue des résultats, ils font une demande de rattrapage auprès de l’administration qui les enregistre sur une liste qui servira de base à la feuille d’émargement des épreuves de deuxième session. Par conséquent, ils doivent >obligatoirement avoir composé et rendu des copies ou justifié de leur absence en première session. Pour les étudiants inscrits en contrôle continu, le principe de compensation est le même. Néanmoins, dans la mesure où ils sont notés pour 1/3 en contrôle continu (exposés et devoirs de TD, TP - travaux pratiques) et 2/3 en examen final (sessions semestrielles de janvier et mai), ils peuvent choisir de conserver ou non leurs notes antérieures. Les candidats absents et non excusés aux TD n’accèdent pas à la première session; ils sont envoyés directement à la deuxième. Dans tous les cas, c’est la note du rattrapage qui compte. Ceux qui font mieux voient leur UE validée. Ceux qui font moins bien, soit redoublent (–2/3 UE), soit « passent », sous réserve de décrocher les UE manquantes par la suite.
Quoi qu’il en soit, le droit au rattrapage demeure inscrit dans la loi: « Tout étudiant a droit à deux sessions de contrôle des connaissances par an. Sous réserve de dispositions pédagogiques particulières, l’intervalle entre ces deux sessions de contrôle ne peut être inférieur à deux mois » (arrêté du 9 avril 1997). Traditionnellement, la première session avait lieu en deux temps, janvier-février d’une part, maijuin d’autre part. La seconde réunissait en septembre les candidats n’ayant pas validé la totalité de leurs UE. Or, avec le LMD, les examens de janvier-février puis de mai-juin comptent pour deux sessions, rattrapables chacune dans le respect du délai légal des deux mois. Donc attention: le rattrapage de la première session peut courir à partir de mai-juin, dans la foulée de la deuxième! Évidemment, lorsque l’on n’est pas prêt, on court à la catastrophe…

 
Page:  1  2